La Charte AVA (renforcée lors du Congrès d’octobre 2018)

Prenez les choses en main, s’il n’existe pas de groupe AVA chez vous, alors créez-en un.  Sortons tous veiller sur les animaux dans nos forêts et opposons-nous à la chasse à courre sur le terrain, de manière pacifique.

Voici la marche à suivre :


AVA défend le vivant
Il est important que chacun soit exemplaire dans son comportement, afin d’incarner les valeurs que nous défendons : bienveillance, non-violence, respect de la Nature et de nos congénères. C’est la pratique que nous condamnons, pas les individus qui la portent. Refusons toute discrimination en notre sein.
Aucune violence, aucune insulte, aucune provocation n’a sa place pendant nos actions. Faisons preuve d’un sang-froid à toute épreuve. Protégeons les chiens de meute et les chevaux : n’oublions pas qu’ils ne sont que des otages de cette pratique. Privilégions le co-voiturage et respectons les autres usagers de la route.

AVA dénonce la barbarie
Nous documentons les méfaits des veneurs. Les téléphones portables et caméras portatives sont nos meilleures armes pour faire connaitre au monde la barbarie, mais aussi pour se protéger des manipulations et des mensonges visant à nous discréditer.

AVA est un organe populaire
La première chose à faire est d’inviter les habitants à briser le silence et de les impliquer directement : tractage entre voisins, publication d’anecdotes, échange de numéros en cas d’incident… Chaque village doit devenir un sanctuaire pour les animaux qui s’y réfugient, et AVA oeuvre à y renforcer la solidarité.
Des réunions publiques sont tenues régulièrement pour faire vivre le collectif, et faire participer chacun dans sa construction.
En forêt, accueillons à bras ouvert les nouveaux participants, en les informant de cette présente Charte. AVA est une structure ouverte à tous, et porte la voix des 84% de français opposés à la chasse à, courre (sondage FBB/IFOP 2017).

AVA est autonome
AVA conserve son indépendance vis à vis tant des institutions que des entreprises, ou des groupes d’intérêt. Ainsi, nous éviterons les divisions, et défendrons notre ligne jusqu’à l’abolition, sans détour. Nous acceptons l’aide extérieure, mais toujours sans contrepartie. Ce sont les habitants eux même qui financent principalement le mouvement, le liant ainsi à eux de manière indéfectible.

AVA propage l’espoir
Le fatalisme et le cynisme ambiant, c’est précisément ce que tente de briser AVA. Notre communication doit rayonner et porter l’espoir d’un monde meilleur.
Evitons aussi les compromissions inacceptables qui jetteraient le mouvement dans une impasse, comme la participation aux plans de chasse, ou à des négociations avec les chasseurs et l’Etat. Notre objectif est l’abolition de la chasse à courre, et aucun compromis n’est envisageable.